Société des auteurs de radio, télévision et cinéma

Retour à la liste des nouvelles

Nouvelles | Sept. 12, 2019

Urgent mot des présidents de la SARTEC et de la SACD, Mathieu Plante et Luc Dionne

Par Mathieu Plante et Luc Dionne

 

Montréal, le 12 septembre 2019 - Comment faire pour que nous puissions encore avoir les moyens d’écrire en français et voir nos textes portés aux écrans ? Pour que nos budgets de productions cessent de décroître ? Que les auditoires de nos diffuseurs arrêtent de diminuer et leurs revenus publicitaires de migrer vers le Web ? Que notre cinéma et notre télévision soient suffisamment promus dans les médias ? Que les valeurs de notre société, le savoir-faire de notre industrie et nos œuvres atteignent leur vaste public ? 

Appuyez d’abord sur le formidable bouton J’AGIS de la campagne Sauvons notre culture pour acheminer, en quelques secondes, une lettre toute prête à tous les candidats des partis de votre circonscription pour les sensibiliser à nos enjeux et exiger que le Canada continue d’adopter des politiques protégeant notre culture. Permettez-nous de vous réitérer notre invitation à participer à cette campagne lancée en août par la Coalition pour la diversité des expressions culturelles. Une fois l’exercice accompli, invitez votre entourage et vos réseaux à faire de même.

La crise sans précédent dans laquelle sont plongés nos médias (télé, radio, journaux) force plus que jamais le Canada à exiger des géants du Web et de la téléphonie mobile leur juste part en taxes et en impôts, en contribution à notre système de production audiovisuelle et en protection de droits d’auteur. L’actuel gouvernement a bien fait plusieurs consultations et amorcé une importante réflexion pour l'amélioration de nos lois fondamentales, mais le prochain gouvernement doit à tout prix être celui de l’ACTION.

Rappelons à nos futurs élus que les plateformes étrangères comme Netflix et YouTube, les fournisseurs d’accès internet, les moteurs de recherches et les compagnies de téléphonie, doivent mettre en valeur et financer les contenus culturels canadiens, comme l’ont toujours fait nos stations de télévision, de radio, nos détaillants et nos câblodistributeurs. Il leur faut suivre l’exemple de l’Union européenne où de nombreuses réformes permettent aux États membres de récolter impôts et redevances, de fixer des quotas de contenus nationaux et de protéger les droits d’auteur face au rouleau compresseur des FAANGS (Facebook, Amazon, Apple, Netflix, Google…), avec leurs positions dominantes et l’utilisation commerciale de nos données.

À l’occasion de nos galas des prix Gémeaux de ce soir et dimanche, ceux qui récolteront un prix devraient profiter de leur tribune pour remercier d’avance le futur gouvernement fédéral d’agir. Pour lui rappeler que notre culture dans toute sa diversité est non partisane, qu’elle doit engager les verts, les néo-démocrates, les bloquistes, les libéraux, et les conservateurs. Quel gouvernement voudrait passer à l’histoire pour n’avoir rien fait afin de préserver ce que nous sommes et ce qui nous soude, notre culture dans toute sa richesse et sa diversité, d’un océan à l’autre ?

Il est non seulement question de protéger ce que nous sommes, mais aussi notre fierté, le bien-être de notre population, la santé de notre économie et les assises de notre démocratie.

Enfin, le mercredi 18 septembre, ne manquez pas Le Grand Débat sur la Culture et les Médias. Nos invités de marque, Pablo Rodriguez (PLC), Gérard Deltell (PCC), Chu Anh Pham (NPD), Pierre Nantel (PV) et Monique Pauzé (BQ) auront la chance de s’engager pour notre culture. Juste avant leurs interventions, notre collègue l’auteure Michelle Allen prendra la parole pour notre culture.

Espérant vous y retrouver nombreux, bons galas, bons débats, bon courage et bonne rentrée!

 

Le président de la SARTEC,                       Le président de la SACD,

Mathieu Plante                                             Luc Dionne

 

Télécharger le PDF.